Quels sont les principes de l’astrologie conditionaliste ?

astrologie conditionaliste

Publié le : 09 juin 20235 mins de lecture

Quand on parle d’astrologie, on a souvent tendance à se référer immédiatement à l’horoscope et aux signes astrologiques. Mais savez-vous qu’il en existe bien d’autres types de cette pratique? L’astrologie conditionaliste en est notamment un exemple. De quoi s’agit-il? Et quels sont ses principes directeurs?

L’astrologie conditionaliste: une astrologie moderne et naturelle

Comme nous le savons, l’astrologie est apparue vers l’antiquité. C’est donc une pratique ancestrale, qui a bien existé depuis des milliers d’années. Mais comme tout mouvement, elle a aussi connu de nombreuses évolutions et en 1960, l’astrologie conditionaliste est née. Elle a été notamment initiée par Jean-Pierre Nicola. Selon cet astrologue, l’astrologie ne devrait pas se résumer aux astres, il faut aussi prendre en compte d’autres éléments comme l’hérédité, l’âge, l’éducation, etc. Ce sont ainsi ces éléments qui conditionnent le comportement, la personnalité et l’interaction de chaque signe.

Selon l’astrologie conditionaliste, les cycles planétaires peuvent aussi avoir une influence sur l’agissement de l’homme. En effet, les planètes ou les astres ne se trouvent pas toujours sur une même position. Ils se déplacent et c’est ce mouvement variable qui guide notre comportement.

L’astrologie conditionaliste: une pratique basée sur la période, et non la saison

L’un des principes directeurs de l’astrologie conditionaliste est la considération de la période. Si pour l’astrologie classique, les signes astrologiques sont divisés en 4 saisons : le feu, la terre, l’air et l’eau. Dans l’astrologie conditionaliste, ils sont plutôt catégorisés par des périodes. On distingue notamment 3 types de périodes: la période d’équinoxe, la période du milieu de saison et la période de solstice.

Les signes regroupés dans la période d’équinoxe (bélier, Vierge, Balance et Poissons), sont très équilibrés et stables. Ils partagent des valeurs contraires égales. L’explication de ce constat réside dans le fait que la durée du jour est strictement égale à celle de la nuit durant cette phase.

La période du milieu de saison regroupe les signes fixes qui sont: le taureau, le lion, le scorpion et le verseau. Les natifs de ces signes possèdent deux valeurs opposées dont l’une est plus dominante que l’autre.

Enfin, la période de solstice représente les signes du Gémeau, du Cancer, du Sagittaire et du Capricorne. Tout comme les autres périodes, les signes de cette phase présentent deux valeurs contradictoires. Mais pour eux, l’une des valeurs disparaît dès que l’autre prédomine.

L’astrologie conditionaliste: une pratique privilégiant la théorie des âges

Comme nous l’avons vu précédemment, l’astrologie conditionaliste évolue de la même façon que le temps évolue. L’âge est donc une condition essentielle pour déterminer le comportement et la personnalité de l’individu:

La période entre 0 mois à 2 ans, équivaut à la découverte de soi: de son corps, de ses sensations, de son entourage, etc. Cette période est notamment gouvernée par des planètes telles que Mercure et Vénus, ainsi que des astres comme la lune et le soleil.

La période de 2 à 12 ans, est l’âge jupitérien. C’est durant cette période que l’individu commence à développer des valeurs.

De 12 à 30 ans, les responsabilités de l’individu se développent de plus en plus. Cette période est marquée par la révolution de la planète Saturne, d’où on l’appelle l’âge saturnien.

L’âge uranien s’étend de 30 ans à 84 ans. Néanmoins, il est divisé en deux périodes. De 30 à 42 ans, l’individu est dans sa pleine potentialité. Il a toutes les aptitudes et forces pour réaliser ses objectifs, ses ambitions et ses responsabilités. De 43 à 84 ans, il développe une certaine cérébralité.

Enfin, à partir de 84 ans, il doit anticiper un peu plus l’au-delà, le monde d’après la mort. C’est cette période, qu’on appelle notamment l’âge neptunien.